Bien voir pour bien conduire

texte alternatif Mots clés :

La vue est un sens qui permet de capter jusqu'à 90% des informations nécessaires à la conduite automobile. Toutefois il ne suffit pas d'avoir une bonne vision pour bien conduire. Il faut développer de bonnes habitudes visuelles pour saisir rapidement un maximum d'informations.

Des règles élémentaires avant de démarrer

Des études ont montré qu'un automobiliste sur trois présente un défaut visuel et l'ignore. Faire contrôler sa vue régulièrement et, si nécessaire, la faire corriger, font partie des règles élémentaires à respecter avant de prendre le volant.

  • Quand le temps est lumineux, portez des lunettes de soleil de qualité, traitées contre les ultraviolets. Attention les lunettes solaires de catégorie 4 ne sont pas adaptées à la conduite.
  • Ce qui affecte la santé affecte également la vision. Evitez de conduire si vous êtes fatigué. Attention, certains médicaments (pour la plupart signalés par un triangle Danger somnolence) faussent votre appréciation des distances et de la vitesse.

Le véhicule : pour une visibilité optimale

  • Avant le départ, nettoyez le pare-brise, les vitres et les rétroviseurs, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur du véhicule, ainsi que vos propres lunettes ou votre visière pour les motards.
  • Nettoyez régulièrement les phares et les feux de votre véhicule.
  • Vérifiez l'efficacité des essuie-glaces. Veillez à avoir toujours une réserve suffisante de liquide lave-glace.
  • Prenez garde aux éléments qui gênent la visibilité (vitres trop teintées, pare-soleil, rideaux et objets encombrants).

Apprendre à voir vite

Outre une bonne vision, la conduite demande un apprentissage méthodique du regard.

  • Restez vigilant. Votre attention doit rester soutenue afin de sélectionner les informations pertinentes à la conduite : objets en mouvements, signalisations, indices de danger, etc. Vous devez être en mesure de réagir instantément à tout événement survenant dans le champ visuel.
  • Gardez les yeux en mouvement d'une source d'information à l'autre. Outre la chaussée, surveillez en particulier les trottoirs et les intersections.

Apprendre à voir loin

  • Conservez une distance de sécurité suffisante avec les véhicules vous précédant. Il peut en effet se passer de une à deux secondes entre la perception visuelle d'un obstacle et le premier geste de réaction. Or, pendant ce laps de temps, le véhicule avance... Plus d'informations sur les distances de securité.
  • Pour réagir à temps, il faut donc regarder loin, très en avant. En ville, vous devez couvrir du regard au minimum une cinquantaine de mètres. Si vous manquez de visibilité, regardez à travers les vitres des véhicules vous précédants.

Apprendre à voir large

  • Le champ visuel est l'espace que l'on peut apercevoir grâce à la vision périphérique, qui nous renseigne sur ce qui se passe sur les côtés. Ainsi, vous devez être en mesure de déceler tout mouvement ou possibilité de mouvement dans un angle de 180 degrés environ.
    Joindre schéma.
  • Les rétroviseurs, intérieurs et extérieurs, permettent au conducteur de compléter son champ visuel vers l'arrière.
  • Malgré tout, un angle mort subsiste de chaque côté du véhicule. Il peut cacher une voiture, un camion, un cycliste, etc. Pour le vérifier, tournez la tête au-dessus de l'épaule et jetez un regard rapide, en particulier lors d'un changement de direction ou d'une insertion dans la circulation.
  • Attention plus la vitesse augmente, plus le champ visuel se réduit. A grande vitesse, il se limite à une vision centrale de la route.
    Insérer schéma.

Apprendre à voir la nuit

La nuit, l'acuité visuelle baisse, la vision des contrastes et des couleurs s'atténue et l'appréciation du relief est perturbée. Tout conducteur a alors tendance à sous-estimer les distances. Il faut donc adapter sa vitesse et sa conduite.

  • Les phares ne projettent qu'un étroit faisceau de lumière sur une distance de 100 mètres environ. Le champ visuel est donc réduit. En outre, l'oeil s'adapte plus ou moins rapidement aux changements d'éclairages (éblouissement, alternances route éclairée/obscurité, enseignes lumineuses, crépuscule...). A noter qu'avec l'âge, la résistance à l'éblouissement diminue (de 50% tous les 12 ans).
  • La nuit, votre regard doit porter au-delà de la zone éclairée par les phares, de manière à pouvoir anticiper et réagir rapidement.
  • Evitez d'éblouir les autres usagers de la route. Faites vérifier vos phares auprès de votre garagiste et n'utilisez les feux de route (pleins phares) que si vous êtes seu sur la route.

Le code de la route et la vision

Afin de garantir la sécurité des personnes atteintes d'affections importantes de la vue, ainsi que l'ensemble des usagers de la route, le code de la route (arrêté du 07/05/97) a défini des affectations incompatibles avec la délivrance ou le maintien du permis de conduire.

Véhicules légers - Permis A, B, E(B)
Vous ne pouvez obtenir ou conserver le permis de conduire dans les cas suivants, malgré le port de verres correcteurs :

  • Si votre acuité, en utilisant les deux yeux ensembles, est inférieure à 5/10 à l'épreuve d'acuité binoculaire.
  • Si l'un des deux yeux a une acuité visuelle nulle ou inférieure à 1/10, et si l'autre oeil a une acuité visuelle inférieure à 6/10.
    De telles incompatibilités peuvent êtres temporaires; elles seront alors définies au cas par cas.

Véhicules lourds - Permis C, D, E(C) et E(D)
Vous ne pouvez obtenir ou conserver le permis de conduire dans les cas suivants :

  • Si, malgré le port de verres correcteurs, votre acuité visuelle est inférieure à 8/10 pour le meilleur oeil, et 5/10 pour le moins bon.
  • Dans les cas où les valeurs 8/10 et 5/10 sont atteintes avec une correction optique, si l'acuité non-corrigée de chaque oeil est inférieure à 1/20, ou si la correction optique est obtenue à l'aide de lentilles cornéennes ou de verres correcteurs d'une puissance supérieure à +/- 8 dioptries.

Autres articles sécurité

Distances de securité
Ceintures de securité
Gilet et triangle
Alcool au volant
Bien voir pour bien conduire