Volte face du gouvernement, annulation des nouvelles mesures

Avertisseurs radars autorisés! Panneaux avant les radars ne sont plus enlevés!

Guéant cède. Fillon cède. Face à la fronde des députés UMP, face au mécontentement d'une partie des électeurs, Fillon et Guéant font machine arrière sur les deux mesures les plus impopulaires... Il s'agit du retrait des panneaux annonçant les radars fixes (mesure gelée) et de l'interdiction des avertisseurs de radar (mesure annulée).

Avertisseurs de radars : autorisés!

C'est la déroute. Guéant avait décidé unilatéralement de cette mesure, sans en discuter avec le parlement, sans concertation avec les usagers, avec les fabricants de ces appareils, sans de plus comprendre qu'il serait impossible de réussir à empêcher l'utilisation d'avertisseurs de radars (lutter contre la technologie, contre le progrès, n'a jamais marché).

Guéant recevra vendredi les fabricants d'avertisseurs dans un esprit d'apaisement. Il leur demandera de fabriquer des outils à vocation pédagogique.


Ce qui veut dire : les avertisseurs radars ne sont plus interdits! Ils seront édulcorés d'une ou deux modification de façade pour leur donner un aspect "pédagogique" afin que le gouvernement ne perde pas totalement la face mais dans les faits, on revient à la situation précédente.

Retrait de panneaux gelé

Fillon a assuré que le retrait des panneaux se poursuivait, cependant, celui-ci est dès à présent gelé. En effet, sous la pression des députés, une mission d'information parlementaire sur la sécurité routière a été crée. Elle comprendra 32 membres, moitié majorité, moitié opposition, et elle devrait rendre ses conclusions d'ici trois mois. Le rapporteur sera Philippe Houillon, député UMP du Val d'Oise. François Fillon s'est engagé à ce qu'il n'y ait aucun texte de loi tant que les résultats de cette mission ne seront pas connus.
Autrement dit, c'est cette mission qui décidera des mesures à appliquer, et donc on verra bien dans 3 mois si la décision de retirer les panneaux sera maintenue ou non. En attendant, malgré les 36 panneaux déjà enlevés, plus rien ne bouge.

Pour ne pas perdre la face une fois de plus, le gouvernement par la voix de Fillon maintient que les panneaux seront enlevés (on verra ce que décide la commission) et par la voie de Guéant que le le retrait des panneaux ne continuerait que lorsque les radars pédagogiques auront été installés... Ce qui en soit ne veut rien dire, sans précision sur le nombre de radars pédagogiques à installer.

retrait panneaux radars

Comments

La polémique sur les radars, est une parfaite illustration des progrès à faire pour intégrer l’économie numérique dans le débat politique. Il y a consensus sur l’objectif de sécurité routière. Les députés en révolte expriment l’exaspération des automobilistes de bonne foi qui se sentent à juste titre harcelés, pour des dépassements souvent mineurs. Au lieu de supprimer les avertisseurs de radars, la solution technologique évidente est d’en généraliser l’usage, de multiplier les radars virtuels à vocation pédagogique. L’efficacité sur le comportement peut être multipliée par 10, avec 10 000 radars virtuels au lieu de 1000 panneaux pédagogiques coûteux. Quant aux sanctions des radars verbalisateurs, avant la suppression du permis, il faudrait proposer une boite noire connectée, en forme de bracelet électronique pour le véhicule. Le contrevenant serait ainsi contraint à respecter les limitations à tout moment. Ce dispositif satisfait tous les objectifs visés : respect accru des limitations, non-harcèlement, élimination des suppressions abusives de permis, intérêt de l’industrie des gps. La difficulté réside simplement dans la trop lente mutation mentale des politiques pour l’économie quaternaire.
Boite noire sur les voiture? Ca va bien HITLER?? :O Prends ton vélo et achète un abonnement à la SNCF/RATP au lieux de dire des conneries plus grosses que toi!

Faire un commentaire

Facultatif. Votre email ne sera pas visible.
Facultatif.