Un CRS flashé à 174 km/h

Un policier (CRS) a été contrôlé à 174 km/h sur une route limitée à 110, entre Vannes et Nantes. Ses demandes d'indulgence auprès de ses collègues n'ont pas suffit, il a été verbalisé.

Policier en excès de vitesse

C'est en Loire-Atlantique que se déroule cet scène d'excès de vitesse. Un automobiliste raconte. « J'arrivais de Vannes et je me dirigeais vers Nantes. J'ai vu un véhicule me doubler à fond la caisse. Il n'était pas loin des 190 km/h. Juste après, j'ai aperçu un contrôle de gendarmerie. Je me suis dit, celui-là, il va être arrêté. Ça n'a pas raté. »

C'est une Mégane RS de la gendarmerie qui a rattrapé le véhicule. Surprise, lorsque le conducteur sort de la voiture, les gendarmes se retrouvent face à un policier en tenue, de la Compagnie républicaine de sécurité 42 de Saint-Herblain. Le policier, qui rentre d'une intervention, se rend à la caserne, en voiture banalisée. Mais il n'est pas en train de poursuivre un automobiliste. Son gyrophare, éteint, est à l'intérieur de l'habitacle.

PV ou pas PV?

Que faire dans cette situation? La réponse devrait être immédiate, verbaliser le contrevenant. Mais les gendarmes préfèrent appeler leur hiérarchie. Celle-ci donne la bonne réponse : verbalisation. Le permis du CRS en excès de vitesse lui est retiré, et ses collègues sympas ramènent la voiture à la caserne.

Au vu de la répression actuelle sur les usagers de la route, il semble normal que personne, y compris les forces de l'ordre, soient au dessus des lois.

crs excès de vitesse